dimanche 18 août 2019

Je suis une fille de l'hiver, de Laurie Halse Anderson


Auteur·trice·s : Laurie Halse Anderson
Traducteur·trice·s : Marie de Prémonville
Éditeur·trice : Anne Carrière
Collection : La belle colère
Pages : 316
Date de parution : 2016
Genre·s : Roman, jeunes adultes

Synopsis : Maintenant qu’elles ont 18 ans, elle se sont éloignées l’une de l’autre. Malgré ça, Cassie a appelé Lia 33 fois la nuit de sa mort. Celle-ci n’a jamais répondu. Lia se retrouve seule, hantée par le souvenir de son amie, ravagée par la culpabilité de n’avoir pas pu la sauver, obsédée par son besoin d’être mince, et son combat pour accepter son corps. Le tout se mèle dans un monologue intérieur presque poétique piégé dans une narration étonnamment vive et juste. Dans son roman le plus émouvant depuis Vous parler de ça, Laurie Halse Anderson explore le combat d’une jeune fille, son chemin douloureux vers la guérison, et ses tentatives désespérées pour se raccrocher à ce qui est le plus important : l’espoir. Ce qui nous intéresse finalement n’est pas ce qui lui se passe à la fin mais bien le voyage que nous entreprenons aux côtés de Lia dans sa lente agonie, sa douleur inexplicable et sa tentative de donner un sens à sa vie.

Mon avis : Une de mes amies ayant particulièrement apprécié ce livre - que je lui avais offert -, j'étais curieuse de découvrir pourquoi, d'autant plus que le sujet m'intriguait. L'anorexie mentale, ce symptôme psychologique qui reste encore un grand tabou. 

Dans ce roman, Laurie Halse Anderson parle de Lia, une jeune femme de dix-huit ans anorexique, dont la meilleure amie, Cassie, vient de mourir. Cassie était elle aussi une "fille de l'hiver", le nom qu'elles s'étaient donné. Bien qu'elles s'étaient éloignées depuis quelques mois, c'est Lia que Cassie a appelé la nuit de sa mort. Trente-trois fois. 

Au fur et à mesure de la lecture, nous prenons la mesure de jusqu'où Lia est entrée dans l'anorexie. Refusant de voir qu'elle est malade, elle rejette sa famille (surtout sa mère, mais aussi son père et sa belle-mère) qui tente - très maladroitement, il est vrai - de l'aider à s'en sortir. Après la mort de Cassie, la santé mentale de la jeune femme ne va faire qu'empirer. 

Ce roman raconte l'histoire d'une adolescente mal dans sa peau, lancée dans une course effrénée de la maigreur. Pour y parvenir, elle a arrêté de manger. Plus elle perd du poids, plus elle veut continuer à en perdre. Il n'est pas évident de comprendre les troubles du comportement alimentaire si nous ne les vivons pas, et il me semble que Laurie Halse Anderson a plutôt bien abordé le sujet. 

Nous sommes en effet plongé·e·s à l'intérieur de la tête de cette jeune femme qui se trouve toujours trop grosse, le seul chiffre acceptable à ses yeux étant le zéro. L'autrice met des mots sur ce mal-être qui ronge de l'intérieur, grignotant chaque parcelle de l'être qui en souffre. Je n'ai pas eu de TCA, mais j'ai des proches qui en ont, et ce livre me permet de mieux appréhender ce qu'elles vivent. 

Encore une fois, je voudrais apporter tout mon soutien à cette personne si chère à mon coeur, qui se bat chaque jour contre elle-même. Elle résiste, elle s'accroche. Elle fait preuve d'un courage et d'une volonté à toute épreuve, et je sais qu'elle va s'en sortir. Je suis sûre que tu vas lire cet article, alors je voudrais te dire que je t'aime et que je vais faire mon possible pour continuer à t'aider. 

Dévoré en moins de vingt-quatre heures, c'est un livre qui m'a beaucoup plus. Les différents protagonistes sont intéressants et le style d'écriture est plaisant, bien que j'étais déroutée par ces mots rayés. 

Cet ouvrage est poignant, bouleversant, criant de vérité. Je le recommande vraiment à toutes les personnes qui ont un·e proche anorexique, et à celles qui aimeraient comprendre. Je suis sûre que ce roman peut aider des gens qui souffrent de ce symptôme, et j'espère de tout mon cœur qu'elles iront mieux. 

16/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire