mardi 12 mars 2019

Amours solitaires, de Morgane Otin


Auteur·trice·s : Morgane Otin
Éditeur·trice : Albin Michel
Pages : 290
Date de parution : 31 octobre 2018
Genre·s : Roman épistolaire, poésie, contemporain

Synopsis :  Autrefois, les amoureux échangeaient des lettres. Aujourd’hui, ils s’envoient des textos. La poésie n’a pas disparue entre temps. Depuis qu’elle a créé le compte Instagram Amours Solitaires, Morgane Ortin a recueilli des milliers de conversations intimes d’amoureux anonymes. Des mots doux, des mots crus, exaltés, érotiques, simples, drôles, sensuels, habiles, piquants. Elle en a sélectionné 278 pour composer l’histoire d’amour que vous vous apprêtez à lire. Une histoire que l’on pourrait introduire comme suit : des amours, il en a connu avant. Elle en a vu passer aussi. Ce livre raconte le leur. Celui qui tombe comme un couperet, ici et maintenant.

Mon avis : J'ai fait la connaissance de ce livre grâce à deux de mes amies (dont la bloggueuse eprisedeparoles) qui m'ont donné envie de le lire... De véritables textos compilés par Morgane Otin avec l'aide de 278 contributeur·rice·s pour former une seule et même histoire d'amour. 

Nous ne savons presque rien des deux protagonistes et nous apprenons à les connaître au fur et à mesure de leurs échanges et c'est un livre qui m'a fait un bien fou, dont j'avais absolument besoin ces temps-ci. C'était agréable, quoique beaucoup trop court... en effet, il y a des jours où les deux amours ne s'écrivent pas, et j'ai pu faire durer cette lecture en me contentant d'un chapitre par jour, bien que j'avais envie de tout dévorer.

La beauté des mots et de l'amour m'ont donné le tantôt le sourire, tantôt les larmes aux yeux. Les messages enflammés des deux personnes ont su réchauffer mon cœur en cette longue période d'hiver. Grâce à ce livre (et à son compte Instagram @Amours_solitaires), l'autrice nous prouve - s'il le fallait - qu'il n'y a pas forcément besoin de lettre pour qu'un message soit joli. 

Bien que n'étant pas une adepte des romans épistolaires, ces échanges 2.0 ont su me conquérir et j'ai été ravie de pouvoir continuer l'aventure en suivant Morgane Otin sur son compte Instagram. 

16/20

mercredi 6 mars 2019

Le vrai sexe de la vraie vie, tome 2, de Cy.


Illustrateur·trice·s : Cy.
Scénariste·s : Cy.
Coloriste·s : Cy.
Éditeur·trice : Lapin
Pages : 210
Date de parution : 12 janvier 2018
Genre·s : Bande-dessinée, érotisme

Synopsis : On ne va pas vous cacher que le tome 2 était déjà prévu depuis le début; car avec Le Vrai Sexe de la vraie vie, on a choisi de montrer non pas une sexualité idéale, mais bien des sexualités, variées, différentes, imparfaites... et elles sont nombreuses. Et pour parler de sexe en plein air, de capote fugitive, de culpabilité sexuelle, de sexe pendant les règles, de sodomie hétéro, de changement female to male, de pression masculine ou de sexe sans capote, on avait besoin d'encore beaucoup, beaucoup de papier.

Mon avis : Pour la seconde fois, Cy. s'attaque aux conventions sociales sur la sexualité et dédramatise une bonne fois pour toutes les loupés, tout en mettant en avant des personnages très variés, comme dans son premier tome. Entre autres, nous allons parler première fois, IST (Infection Sexuellement Transmissible), sexe en pleine nature, transidentité, asexualité, vaginisme... et tout un tas d'autres sujets qui concernent le corps et le rapport à l'autre (et à soi) dans l'intimité !

Nous y trouvons encore des passages amusants, qui permettent de se détendre et de rire un moment sur les flops du sexe. Mais ce livre est plus engagé que le précédent, notamment parce que l'autrice y a abordé des sujets assez méconnus comme l'asexualité - enfin, on en parle ! - et le vaginisme. Sur quelques pages, elle va nous expliquer ce que c'est. 

Avec certaines thématiques, Cy. a réussi à m'émouvoir et cela m'a fait du bien. Il était temps que certaines choses sortent de l'intérieur, et son livre m'a permis de me sentir un peu moins seule sur un sujet en particulier. Merci à elle pour son travail. Je lui ai envoyé un long message privé sur Instagram à ce propos, et elle m'a gentiment répondu (alors qu'elle doit en recevoir des tonnes), alors... merci encore !

En somme, j'ai beaucoup aimé ce deuxième tome, encore plus que le premier, notamment grâce à cet engagement plus militant, et le fait qu'elle aborde des sujets peu connus ou tabous. 

16/20


mardi 5 mars 2019

Les sentiments du prince Charles, de Liv Strömquist


Illustrateur·trice·s : Liv Strömquist
Scénariste·s : Liv Strömquist
Traducteur·trice·s : Kirsi Kinnunen et Stéphanie Dubois
Éditeur·trice : Rackham
Collection : Le signe noir
Pages : 144
Date de parution : 2016
Genre·s : Bande-dessinée, essai

Synopsis : Lors d’une conférence de presse après ses fiançailles avec Diana, le prince Charles dut répondre à la question : « Êtes-vous amoureux ? » Après une petite hésitation, il répondit : « Oui… Quel que soit le sens du mot “amour” ». Or, en lisant la presse people quelques années plus tard, on constata que de toute évidence Charles et Diana n’attribuaient pas du tout le même sens au mot « amour »… En feuilletant les mêmes magazines, on pouvait aussi se demander comment Whitney Houston avait pu tomber amoureuse d’un sale type comme Bobby Brown, et de remarquer au passage qu’en matière d’amour, le bonheur de l’un ne fait pas forcement celui de l’autre.

Mon avis : Cet ouvrage m'avait été conseillé par ma libraire, puis offert par une amie, et j'étais impatiente de le découvrir. Et pourtant, je ne le lis que plus d'un an après... ne cherchez pas à comprendre pourquoi. 

Ce que nous allons tenter de comprendre, ici, c'est plutôt les relations entre les hommes et les femmes et comment la société nous influence dans notre comportement. C'est ce que l'autrice, Liv Strömquist, a décrypté dans cet ouvrage. Elle y dénonce le patriarcat et les schémas qui se mettent en place afin que chacun·e corresponde bien aux normes du genre qu'on lui a attribué. 

C'est une bande-dessinée qui m'a fait réfléchir sur ma propre conception du couple et sur la manière dont je pouvais agir (je suis dans une relation hétérosexuelle, et c'est ce dont l'autrice parle). Et, même en étant plutôt "déconstruite" vis-à-vis du sexisme, je me suis rendu compte que j'agissais tout de même souvent en fonction des normes qu'on nous impose, au sein même de ma relation amoureuse. 

Il y a plusieurs chapitres, avec chaque fois une thématique différente et de nombreux exemples. Nous partons d'une simple phrase prononcée par le prince Charles (après ses fiançailles avec Diana), lorsqu'on lui a demandé s'il était amoureux : « Oui… Quel que soit le sens du mot “amour” ».

Bien que n'étant pas fan des illustrations - très simplistes, avec un très presque "grossier", et une colorisation entièrement en noir et blanc -, j'ai bien aimé ce livre, surtout pour le propos amené par Liv Strömquist. Parce qu'au final, ce ne sont pas les dessins qui importent le plus, mais bien les écrits.

C'est un essai graphique qui comporte beaucoup de texte mais qui reste agréable à lire, d'autant plus qu'il y a de nombreuses touches d'humour. Une bande-dessinée engagée et féministe, à faire lire à toutes les personnes dans une relation amoureuse ! 

15/20