dimanche 21 juillet 2019

L'origine du monde, de Liv Strömquist


Illustrateur·trice·s : Liv Strömquist
Scénariste·s : Liv Strömquist
Coloriste·s : Liv Strömquist
Traducteur·trice·s : Kirsi Kinnunen
Éditeur·trice : Rackham
Collection : Le signe noir
Pages : 144
Date de parution : 2016
Genre·s : Bande-dessinée, essai

Synopsis : Une certaine partie du corps de la femme, celle que Gustave Courbet a évoqué dans son tableau L’origine du monde, a suscité et continue de susciter l’intérêt un peu trop “vif “ de certains représentants de la gent masculine. C’est ainsi que le Dr. Kellogs, l’inventeur des corn-flakes, a pu affirmer que la masturbation provoque le cancer de l’utérus et le Dr. Baker Brown a pu préconiser l’éradication de l’onanisme féminin par l’ablation du clitoris (la dernière a été pratiquée en 1948 !). Si le corps médical n’y va pas avec le dos de la cuillère, les philosophes ne sont pas en reste. Jean-Paul Sartre peut ainsi écrire “… le sexe féminin… est un appel d’être, comme d’ailleurs tous les trous”… Sous la plume acérée de Liv Strömquist, défile toute une galerie de personnages (pères de l’église et de la psychanalyse, pédagogues, sexologues) dont les théories et les diagnostics ont eu des conséquences dévastatrices sur la sexualité de la femme.

Mon avis : Ayant découvert cette autrice un peu atypique avec son ouvrage Les sentiments du prince Charles, qui permet de réfléchir sur les relations amoureuses entre femmes et hommes, j'étais franchement curieuse de découvrir cette bande-dessinée. 

Le sujet, c'est la vulve et le tabou qui peut l'entourer, mais aussi la fascination (un peu trop importante) de certaines personnes pour celle-ci. Ainsi, Liv Strömquist retrace l'histoire de ce que Gustave Courbet a nommé L'origine du monde. Du manque de connaissance aux mensonges éhontés, la vulve et le clitoris ont connu des périodes bien sombres. Il fait s'interroger sur les raisons pour lesquelles ces organes ont été diabolisés. 

En tant que féministe convaincue, je trouve ce livre absolument indispensable. En effet, lorsqu'on a un vagin, une vulve et un clitoris (je préfère ne pas parler de "sexe féminin" parce que toutes les personnes qui en ont ne sont pas des femmes et certaines femmes ont un pénis : le terme "sexe féminin me semble donc erroné), il est fort probable que des personnes trouvent le moyen de les diaboliser et les rendre responsables des malheurs du Monde. 

Encore aujourd'hui, la représentation de ce sexe (dans les manuels scolaires, par exemple, mais pas que) n'est clairement pas conforme à la réalité (la vulve est appelée bien souvent vagin, et le clitoris reste absent, comme s'il n'existait pas). Il suffit aussi de voir le dessin grotesque (et sexiste) publié dans Charlie Hebdo lors de la Coupe du Monde de foot féminin en 2019 pour voir que le travail qui reste à faire... 

Grâce à cette bande-dessinée, j'ai appris énormément de choses et c'était très instructif. Encore une fois, ça me semble être un ouvrage indispensable pour tous·tes. L'autrice parle du tabou des règles, du clitoris, des mensonges autour de ce dernier... Au niveau des illustrations, nous restons sur quelque chose de très simple (avec un dessin qui ne plaira pas à tout le monde) mais le contenu importe plus que le trait de crayon, pour cette fois. 

15/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire