mardi 4 septembre 2018

Max et Lili, tome 87 : Max ne pense qu'au zizi, de Dominique de Saint Mars et Serge Bloch


Illustrateur·trice·s : Serge Bloch
Scénariste·s : Dominique de Saint Mars
Éditeur·trice : Calligram
Pages : 43
Date de parution : 2009
Genre·s : Bande-dessinée, jeunesse

Synopsis : Max espionne les filles, ne pense qu'au zizi, ne parle que de ça. On le traite d'obsédé sexuel ! Il a peur de ne pas être normal. Il n'ose pas en parler à ses parents. Il se renseigne auprès de Lili, ses copains, son grand cousin Victor. Vont-ils le rassurer ?

Mon avis : Il y a peu de temps, j'ai lu de nouveau un livre de cette saga avec Max veut sauver les animaux, et ça avait été une chouette lecture. Cette fois, ce n'est pas le cas. 

J'ai entendu parler de ce livre dans un groupe féministe, et j'ai eu l'occasion de l'emprunter à quelqu'un par la suite. Voulant voir "l'ampleur des dégâts", je me suis lancée dans cette lecture... Max et Lili, c'est un peu mon enfance, ce qui rend ma déception encore plus importante. 

Dans ce livre, nous allons voir que Max est obsédé par "le zizi" : il ne pense qu'aux filles, il aime regarder des magazines avec des femmes en maillot de bain... Bref, ses hormones commencent à le travailler et il est gêné d'en parler à son père. 

Aborder ce sujet, c'est une très bonne chose. Mais il y a des phrases qui ne devraient jamais être écrites dans un livre, et encore moins si celui-ci s'adresse aux enfants. Je cite : "Dis à ton copain qu'on est tous des obsédés seSSuels ! On a un sexe pour le plaisir, pour se multiplier... S'il y a de l'amour en plus, c'est le paradis !". Cette phrase est prononcée par le père de Max, et je la trouve très problématique. Il dit "on est tous obsédés" (il parle des hommes, non pas des femmes), ce qui, auprès des plus jeunes, peut être mal interprété, comme une façon de dédouaner les agressions sexuelles. 

Et puis, la phrase qui m'a fait bondir, c'est lorsque Max demande à son père (encore lui, décidément !) : "C'est vrai, papa, que les filles, c'est pas du gâteau ?!" et ce dernier lui répond : "Surtout depuis qu'elles ont décidé qu'elles étaient nos égales...!". Et cela n'est pas pour dénoncer le sexisme, puisqu'il n'y aucune remise en question de ce qui a été dit, par la suite. Parlez-moi de second degré si vous le voulez : ce livre s'adresse aux enfants d'environ sept ans, qui ne peuvent pas encore comprendre l'ironie... (Et puis, il faut arrêter de se cacher derrière le second degré / l'humour noir quand on fait des "blagues" oppressives). 

Pour conclure, c'est une énorme déception. J'ai toujours pensé que les livres de Serge Bloch et Dominique de Saint Mars étaient pédagogues, et celui-ci baigne dans les clichés sexistes (et, de ce fait, dangereux), et ce n'est à priori pas le seul... Il y a quelques trucs intéressants dans ce livre mais globalement : c'est un peu à jeter, ce Max ne pense qu'au zizi, pour trouver un autre sur le sujet qui sera mieux fait !

7/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire