jeudi 15 août 2019

Le grand silence, de Jennifer Haigh


Auteur·trice·s : Jennifer Haigh
Traducteur·trice·s : Janique Jouin-de-Laurens
Éditeur·trice : Gallmeister
Collection : Americana
Pages : 354
Date de parution : 2 mai 2019
Genre·s : Roman, contemporain

Synopsis : En 2002, une vague de scandales déferle sur l’Église catholique de Boston. Un à un, des prêtres respectés du diocèse sont accusés du pire des crimes, celui d’avoir abusé d’enfants qui leur étaient confiés. Éloignée depuis longtemps de sa famille par trop étouffante, Sheila McGann est restée néanmoins proche de son frère aîné, Art, curé dévoué et populaire d’une grande paroisse de banlieue. Lorsque Art se retrouve soupçonné à son tour de proximité coupable avec un jeune garçon, Sheila rentre à Boston afin de le soutenir. Leur autre frère Mike, ancien policier, est lui aussi bien déterminé à découvrir la vérité. Leurs enquêtes croisées révéleront les doutes et faiblesses de chacun, venus de leur passé, ancrés dans leur présent.

Dans ce nouveau roman au suspense troublant, Jennifer Haigh explore avec finesse les secrets de famille et les limites de la confiance que l’on porte à ceux que l’on aime.

Mon avis : Depuis qu'il est sorti, je regarde cet ouvrage du coin de l’œil à chaque fois que je passe devant en librairie, attirée par le résumé mais n'osant pas franchir le pas. L'histoire se passe à Boston, en 2002. Le grand-frère de Sheila, qui est prêtre, est accusé par une maman d'avoir abusé d'un enfant. Au milieu des autres accusations de l'époque, celle du père Art fait également du bruit. 

Grâce à ce roman, l'autrice met le doigt sur quelque chose qui dérange et dont nous parlons peu, en dehors de l'humour noir qui dénonce et des blagues douteuses sur le sujet : la pédophilie de certains prêtres au sein de l’Église catholique. Et pourtant, ce tabou - encore très présent aujourd'hui, selon moi - porte préjudice à de nombreuses victimes. 

Seulement, Jennifer Haigh nous amène aussi à nous interroger : un homme accusé est-il forcément coupable ? Bien que je ne suis pas en train de dire que les victimes de viol mentent (les fausses accusations étant rarissimes, je pars du principe qu'il y a une victime), ce livre traite d'une personne proche du prêtre qui ne croit pas au fait qu'il ait commis ce crime.

La thématique est délicate, et je trouve qu'elle a été bien abordée. Nous avons différents points de vue, toujours racontés par Sheila (ce qui n'est pas complètement neutre, de fait). Bien sûr, nous savons ce qu'elle pense : elle est persuadée que son frère est innocent. Quant à leur autre frère, Mike, qui était policier, il est loin d'être persuadé de l'innocence d'Art... Afin de découvrir la vérité, Sheila va plonger dans le passé et dans les secrets de famille. 

Ce roman est à la limite de l'essai, tant le style d'écriture de l'autrice me fait penser qu'on nous conte quelque chose qui est réellement arrivé. Et, de fait, cette situation c'est vraisemblablement produite, à quelques détails près. Malgré cet éloignement dû à l'écriture, j'ai été touchée par cette histoire et ces protagonistes. 

Pour conclure, cet ouvrage est vraiment formidable et je suis ravie d'avoir pu le découvrir. Ainsi, je remercie la maison d'édition Gallmeister qui me l'a envoyé.

16/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire