mercredi 7 août 2019

Bitch planet, de Kelly Sue Deconnick et Valentine De Landro

Auteur·trice·s : Kelly Sue Deconnick et Valentine De Landro
Illustrateur·trice·s : Valentine De Landro
Scénariste·s : Kelly Sue Deconnick
Coloriste·s : Cris Peter
Traducteur·trice·s : Eloise de la Maison
Éditeur·trice : Glénat
Collection : Comics
Genre·s : Comics, science-fiction

Synopsis : Le futur. Le monde est gouverné par le diktat des hommes. Les femmes qui ne se plient pas aveuglément à leur volonté doivent être « rééduquées ». À l'issue d un discours évangélisateur psalmodié en boucle dans leur sommeil, elles sont expédiées dans l'établissement auxiliaire de conformité, une prison pour femmes en orbite au-dessus de la Terre. Ces rebelles qui rejettent les règles masculines vont ainsi découvrir les joies de la vie carcérale dans cette boîte de métal que l'on appelle « Bitch Planet. »

Entre pamphlet social, miroir de notre bonne vieille société patriarcale et récit d'aventure futuriste enlevé, Bitch Planet nous invite à découvrir un monde où les femmes se rebellent contre l'injustice et les disparités du consumérisme moderne. Un récit engagé en forme de coup de poing narratif et graphique, orchestré par la brillante Kelly Sue DeConnick (Pretty Deadly, Captain Marvel) et Valentine De Landro (X-Factor). En bonus à cette édition Glénat Comics : une couverture inédite, un appareil critique sur le féminisme et la culture populaire rédigé par Pia-Victoria Jacqmart, des interviews exclusives des auteurs, des fausses-pubs, et plein d'autres surprises !

Mon avis : 

Extraordinary machine, tome 1 (176 pages) : Irrémédiablement attirée par cette couverture et les quelques mots sur la quatrième, je n'ai pas résisté à l'emprunter. Ce comics, de quoi ça parle ? De femmes NC (non-conformes) emmenées sur "Bitch Planet" dans le but d'être réformées. Pour la plupart, elles sont noires, grosses ou lesbiennes et ne se plient pas aux règles inculquées. 

Dans ce monde créé par Kelly Que Deconnick et Valentine De Landro, la différence est interdite et, si tu n'es pas conforme à ce que la société attend de toi en tant que femme, tu vas te retrouver sur une autre planète... Ainsi, nous faisons la connaissance d'héroïnes badass, aux physiques tous différents, malmenées sur Bitch Planet. 

C'est probablement le comics le plus féministe que j'ai découvert jusqu'à présent. Les corps des femmes ne sont absolument pas sexualisés, et Valentine De Landro, l'illustrateur, n'est pas tombé dans ce piège malgré les nombreux passages de nudité. Rien que pour ça, ce livre se distingue de beaucoup d'autres... 

Ensuite, on pourrait qualifier cet ouvrage d'anticipation. En effet, dans notre monde actuel, le patriarcat est toujours aussi présent et les femmes sont obligées, de manière tacite, de se conformer à certaines choses (il faut être blanche aux cheveux lisses, mince mais pas maigre, musclée mais pas trop, une peau "sans imperfections", épilée, et la liste est infinie, au point qu'aucune femme ne pourrait être considérée comme vraiment "conforme"...). Bien que celles qui ne correspondent pas à ce que la société attend d'elles ne soient pas envoyées sur une autre planète, elles subissent d'autant plus de discriminations. 

J'en viens justement à mon point suivant : ce comics ne dénonce pas seulement le sexisme, mais aussi de racisme, de lesbophobie et de grossophobie. Et, à la fin du livre, il y a un dossier complet avec une interview des auteur·rice·s, des témoignages de femmes et le féminisme dans la pop-culture. C'est l'occasion de parler d'intersectionnalité (c'est-à-dire subir plusieurs oppressions à la fois, comme le racisme et le sexisme pour les femmes noires), ce que j'ai trouvé vraiment génial. 

Pour conclure, c'est un premier tome prenant, aux héroïnes toutes différentes et aux profils intéressants, avec beaucoup d'action et une véritable dénonciation du patriarcat. C'est avec plaisir que je lirais la suite, et je vais même acheter cette saga, qui s'annonce plutôt bien. 

17/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire