jeudi 11 avril 2019

Love : Le lion, de Frédéric Brrémaud et Federico Bertolucci


Auteur·trice·s : Frédéric Brrémaud
Illustrateur·trice·s : Federico Bertolucci
Éditeur·trice : Ankama
Collection : Etincelle
Pages : 75
Date de parution : 23 mars 2014
Genre·s : Bande-dessinée, aventure

Synopsis : En Afrique, dans le Kilimandjaro, un jeune lion subit l’exil au cœur des prodigieuses étendues de la Savane. La vie fourmille dans cette immensité, monumentale de diversité, de richesses, de curiosités. C’est pourtant l’air mauvais que le jeune lion poursuit sa route, en proie à l’envie qui le ronge… : retrouver sa place dans la troupe qu’il a été contraint de quitter et défier son père, le mâle dominant. Dans la Savane, chaque être doit gagner sa place, ou se perdre.

Mon avis : Après la lecture de Love : Le tigre et Love : Le renard, je me suis lancée dans le troisième volume de ce qu'on pourrait appeler une saga, bien que les histoires n'aient aucun lien les unes avec les autres. 

Cette fois, nous sommes sur le confinent africain, bien que le pays ne soit pas cité. D'ailleurs, il n'y a absolument aucun parole ni onomatopée dans cette série réalisée par Frédéric Brrémaud. À chaque fois, nous rencontrons différents animaux, et l'histoire se construit uniquement à travers les illustrations de Federico Bertloccuci : il n'y a pas besoin de texte. 

Contrairement aux autres volumes, il ne semble pas y avoir d'erreur vis-à-vis des animaux représentés : il est tout à fait crédible qu'iels se croisent en Afrique, leur milieu naturel. C'est un plus par rapport aux précédents tomes. 

Et pourtant, j'ai moins accroché, cette fois. L'intrigue est intéressante, nous suivons un lion exilé dans la savane, mais je n'ai pas été transportée pour autant, même si les dessins et le travail de colorisation sont absolument formidables. 

D'ailleurs, cette histoire est un poil plus sombre que les autres, et nous permet de voir que la vie du "roi de la savane" n'est pas si simple qu'on pourrait l'imaginer...

15/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire