lundi 17 septembre 2018

W.I.T.C.H., saison 1, d'Elisabetta Gnone, Francesco Artibani, Alessandro Barbucci et Donald Soffritti


Illustrateur·trice·s : Alessandro Barbucci et Donald Soffritti
Scénariste·s : Elisabetta Gnone et Francesco Artibani
Éditeur·trice : Glénat
Genre·s : Bande-dessinée, jeunesse, fantastique

Synopsis : Lorsque Will déménage à regret à Heatherfield, elle est soulagée de trouver Taranee, une nouvelle élève comme elle. Les deux amies se lient rapidement avec d'autres collégiennes : Irma, Cornelia et Hay Lin. Une force inconnue et magique les unit. Dotées de ces pouvoirs surnaturels, sauront-elles mener à bien la mission qui les attend ?

Mon avis :

Halloween, tome 1 (56 pages) : En farfouillant dans le rayon jeunesse de la médiathèque, je suis tombée sur cette saga que je connais si bien... mais que je n'ai pas lue depuis pas mal d'années. J'y ai été très attachée durant une bonne partie de mon adolescence dans les années 2000 après avoir découvert W.I.T.C.H Mag auquel j'ai longtemps été abonnée avec ma sœur.

Nous y faisons la connaissance d'un monde parallèle au notre : Kandrakar, dont la muraille est menacée... afin de la protéger, cinq jeunes humaines ont été élues gardiennes... Elles se retrouvent alors avec des pouvoirs, maîtrisant chacune un élément : pour Taranee, le feu, pour Irma, l'eau, pour Cornélia, la terre, pour Hay Lin, l'air. La dernière, Will, a le coeur de Kandrakar qui permet d'activer leurs pouvoirs. 

En parallèle à ça, elle suivent leurs cours dans la ville d'Heartherfield, dans laquelle Will et Taranee viennent d'arriver. Celles-ci vont se lier d'amitié avec Elyon, Hay Lin, Cornélia et Irma, elles aussi élèves du collège. 

Comme à l'époque, j'ai trouvé que les illustrations (crayonnées par Alessandro Barbucci et encrées par Donald Soffritti) étaient très belles, notamment, pour ce premier tome, le passage où Irma est dans son bain et joue avec l'eau... Malheureusement, quelques planches ont été supprimées de la version d'origine dans cet ouvrage de chez Walt Disney Compagny, et c'est bien dommage. 

Au niveau de l'histoire, c'était un plaisir de re-découvrir les différents personnages et de voir comment le début de leur amitié se construit. Elles font également connaissance, petit à petit, avec leurs pouvoirs. 

Un premier tome que j'ai été ravie de relire, malgré le bémol des pages manquantes, et c'est avec plaisir que je vais me plonger de nouveau dans toute la saga. 

15/20

Les douze portails, tome 2 (60 pages) : Ayant lu à de nombreuses reprises les premiers tomes, les souvenirs sont rapidement remontés... Dans cette suite, nous retrouvons les cinq Gardiennes de Kandrakar qui vont devoir faire face à deux disparitions : celle de leur amie Elyon qui les a trahies, et d'un élève du collège, Andrew... 

Il se passe plus de choses que dans le premier tome, et l'une des protagonistes va devoir faire face à un douloureux événement... qui était mis en scène de manière touchante. 

L'humour est également présent, avec les déboires d'Irma et un épilogue qui m'amuse encore aujourd'hui. Ce second tome est rempli de diverses choses, si bien qu'on ne s'ennuie à aucun moment !

15/20


L'autre dimension, tome 3 (60 pages) : Dans ce troisième tome, nous allons avoir une vision plus large des pouvoirs des cinq Gardiennes, qui vont se retrouver dans la Zone Obscure de Non-Lieu par mégarde, et vont apprendre que cet endroit de misère se nomme en réalité Méridian...

Il y a d'autres choses qui se passent, mais je ne veux pas trop en dévoiler. Ce troisième tome permet de vraiment rentrer dans l'univers et met en place de nouveaux personnages. 

Grâce à Irma, l'humour est toujours présent, et, même dans des situations périlleuses, elle parvint à faire des blagues. Petit à petit, nous découvrons un peu plus les personnalités des différents personnages, et une vraie dispute entre Will et Cornélia semble sur le point d'éclater !

La bande-dessinée se termine sur un moment de suspens, dont je connais la suite pour avoir déjà lu cette saga, mais cela me donne tout de même très envie de continuer, parce qu'il y a de nombreux éléments que j'ai oubliés. 

15/20

Le pouvoir du feu, tome 4 (64 pages) : Avec la capture de Taranee, les W.I.T.C.H. vont devoir faire preuve de courage et d'imagination pour aller la libérer... Au cas où elles ne rentreraient pas, elles décident de faire, cette fois, leurs propres Gouttes Astrales, une copie d'elles-mêmes, afin de ne pas attirer l'attention. Et c'est parti pour la Zone Obscure de Non-Lieu...

J'ai trouvé ce quatrième tome plus mature que les précédents, parce qu'on sent que les Gardiennes peuvent être réellement en danger à cause de leur ancienne amie, Elyon. Cette dernière aura profité de l'emprisonnement de Taranee pour essayer de lui retourner le cerveau... 

Heureusement, il y a des moments plus légers, notamment entre Will et Matt. Mais le jardin de Phobos et ses Murmurants sont très intrigants et je sais que cela va avoir de l'importance dans la suite... que j'ai hâte de (re)lire !

15/20

La dernière larme, tome 5 (60 pages) : À cause d'un piège de Cédric, Vatek et Elyon, les cinq Gardiennes vont se retrouver prisonnières... d'un tableau, dans lequel les personnages sont toujours heureux·euses et font la fête. 

L'idée était plutôt originale, mais j'ai trouvé qu'elles s'en tiraient un peu trop facilement, alors que c'est censé nous montrer l'étendue du pouvoir de Phobos (qui a enfermé le peintre dans le tableau) et d'Elyon (qui y a mis les W.I.T.C.H.). 

Comme d'habitude, il y a des touches d'humour, notamment avec Uriah et sa bande et le rendez-vous d'Irma et Martin (d'ailleurs, j'aime beaucoup ce personnage). 

Elias était un protagoniste attachant, c'est dommage qu'il ne soit plus présent dans les tomes suivants. 

15/20

Illusions et mensonges, tome 6 (60 pages) : C'est un tome que je trouve intéressant parce que nous en apprenons plus sur les conditions de vie des habitant·e·s de Méridian, et la rébellion s'organise... Nous avons un autre point de vue, qui va être plus développé par la suite, et qui permet de mieux comprendre ce qui se trame dans la Zone Obscure de Non-Lieu. Et à côté de ça, Will va faire face à des illusions qui vont la mettre en danger... 

Ce sixième tome est particulièrement important parce qu'il y a quelques révélations, et surtout parce qu'on se rend compte que les Gardiennes ne peuvent pas se fier à grand monde... 

Elyon est particulièrement importante depuis le quatrième tome, et elle agit mal, parce qu'on lui a retourné le cerveau. C'est un personnage que j'apprécie, mais peut-être parce que je sais ce qui va se passer par la suite...

15/20

Un jour, on se rencontrera, tome 7 (60 pages) : J'avais oublié les nombreux évènements qui avaient lieu dans ce septième tome, à savoir l'apparition de Caleb, le chef des rebelles, et l'arrivée de Cornélia à Méridian afin de tisser de nouveau des liens avec Elyon... qui commence à se poser des questions sur ce que Cédric lui a dit. 

Mais justement, il y a tellement de choses, que le tout condensé sur 60 pages, ce n'est pas suffisant... L'intrigue aurait été meilleure si elle avait été rallongée de quelques pages, ça m'aurait évité d'avoir cette sensation que "tout va trop vite". 

En revanche, les évènements qui se déroulent dans cette histoire indiquent un tournant dans la saga qui promet d'être intéressant - et je dois avouer que je ne me souviens plus vraiment de la suite, dans laquelle, du coup, j'ai hâte de me plonger. 

14/20

Les roses noires de Méridian, tome 8 (57 pages) : Alors qu'elles veulent se rendre au concert de Karmilla et son groupe, les Gardiennes vont de nouveau être confrontées à Cédric et à la cruauté de Phobos... Will se retrouve seule à Méridian, face à des roses noires étranges... 

En effet, le prince est quelqu'un de sadique, et ces roses en sont la preuve. Heureusement, sa soeur, Elyon, se pose de plus en plus de questions et cherche la vérité... 

Les illustrations de Will dans le jardin de Phobos sont vraiment très belles, c'était un véritable plaisir pour les yeux. Au niveau de l'intrigue, je l'ai trouvée, cette fois encore, un peu rapide, mais vraiment prenante. 

De nouveaux éléments sont apportés, et le combat entre les deux camps s'annonce très proche... 

15/20

Les quatre dragons, tome 9 (60 pages) : Hay Lin est chargée de dessiner les décors et costumes pour le cours du théâtre cette année, et ce sera l'occasion pour sa mère de lui raconter une légende : celle des quatre dragons... et les WITCH vont se demander si cela n'a pas un lien avec leurs pouvoirs ? 

J'ai beaucoup aimé la légende racontée par la mère d'Hay Lin, qui lui vient de sa propre mère (d'ailleurs, j'ai noté une erreur à ce niveau puisque, dans le second tome, il est dit que Yan Lin est la grand-mère paternelle d'Hay Lin...) et j'ai trouvé que les illustrations et la colorisation de cette légende, (réalisées par Federico Bertolucci, Marina Baggio et Roberta Zanotta) étaient particulièrement réussies. 

Les soeurs Grumper, qui deviendront des personnages récurrents par la suite, font leur première apparition... et j'avais oublié à quel point elles étaient imbuvables ! 

Il y a moins d'action que dans les autres histoires, celle-ci se concentre plus sur la légende et la pièce de théâtre, mais c'était agréable !

15/20

Un pont entre deux mondes, tome 10 (55 pages) : Avec la disparition d'Elyon et de ses parents, une enquête est menée et les Gardiennes doivent faire attention que la vérité ne soit pas révélée... En parallèle à cela, Elyon se pose de plus en plus de questions et souhaiterait que ses parents adoptifs soient libéré·e·s...

Il y a de chouettes passages dans ce tome, mais c'est loin d'être l'un de mes préférés. J'ai trouvé qu'il était assez vide par rapport aux précédents, peut-être parce que nous nous concentrons principalement sur la vie de Will, Irma, Taranee, Cornélia et Hay Lin et non pas sur leur mission. Cependant, Elyon est mise en avant, et son personnage devient de plus en plus intéressant.

J'ai passé un bon moment de lecture, même si ce n'était pas transcendant, ça donne tout de même envie de continuer (bien que je connaisse déjà le déroulement de l'histoire).

14/20

La couronne de lumière, tome 11 (60 pages) : Alors que lors du couronnement d'Elyon approche, ses amies vont devoir la sauver d'un grand danger... En effet, Phobos, son frère, ne lui veut pas vraiment du bien... Les Gardiennes retournent à Méridian pour empêcher une catastrophe de se produire. 

C'est probablement un de mes tomes préférés de cette première saison. Tout d'abord, parce que j'ai aimé la confrontation avec Uriah et sa bande, et le fait que Martin ne soit pas seulement montré comme un imbécile. 

Ensuite, la bataille qui va avoir lieu est très importante pour la suite... et également ce qui va arriver à Caleb, le grand amour de Cornélia. J'avais complètement oublié ce passage, que j'ai trouvé touchant. 

La bataille finale entre Will, Irma, Taranee, Cornélia, Hay Lin, les rebelles de Méridian face à Cédric, Phobos et ses sbires arrive à grands pas... La tension est à son comble !

15/20

À toi pour toujours, tome 12 (60 pages) : Dernier tome de la première saison, qui va mener au combat final entre Phobos et sa sœur... le premier veut continuer à diriger Méridian tel un tyran, et la seconde cherche plutôt à aider son peuple. 

Cette fois, l'histoire ne débute pas à Heatherfield, puisque nous reprenons directement après le tome précédent, dans la Zone Obscure de Non-Lieu. L'affrontement final est enfin arrivé et ne sera pas de tout repos... 

Je pense qu'un tome supplémentaire n'aurait pas été de trop, mais il conclut tout de même bien cette première partie de la série. Je n'avais pas le souvenir de l'avoir déjà lu, si bien que je l'ai dévoré. 

C'est avec grand plaisir que je vais continuer à lire (ou relire) cette série.

15/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire