mercredi 12 septembre 2018

Les Quatre de Baker Street, de J.B. Djian, Olivier Legrand et David Etien


Illustrateur·trice·s : David Etien
Scénariste·s : J.B. Djian et Olivier Legrand
Coloriste·s : David Etien
Éditeur·trice : Glénat / Vents d'Ouest
Genre·s : Bande-dessinée, jeunesse

Synopsis : Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !
Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l'East End londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d'un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d'espions des rues... Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve... en s'adjoignant les services d'un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l'époque victorienne !

Mon avis :

L'affaire du rideau bleu, tome 1 (56 pages) : J'ai entendu parler de cette bande-dessinée pendant très longtemps avant de céder à la curiosité et de la lire... Nous sommes à Londres, à l'époque victorienne, et nous allons suivre trois jeunes enfants qui vivent à la rue et sont inséparables : Black Tom, Charlie et Billy, qui rendent parfois des services de renseignement auprès de Sherlock Holmes. Aussi, lorsque la petite amie de Black Tom est kidnappée en pleine rue, les trois détectives en herbe vont se lancer à sa recherche... 

Je ne savais pas du tout de quoi il en retournait avant de me lire ce résumé, et je dois dire que j'ai été attirée par ce synopsis. L'histoire se situe à une époque que je trouve attrayante mais que je connais au final très peu, et c'est pour moi l'occasion de découvrir Londres à la fin du 19ème siècle. 

L'histoire démarre sur les chapeaux de roues, si bien que je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer, tout est passé à une telle vitesse que j'ai terminé la bande-dessinée sans même m'en apercevoir... Malheureusement, cela a laissé très peu le temps de connaître les différents personnages. Il y a quelques éléments de leur personnalité qui sont distillés, cependant. 

Au niveau des illustrations, réalisées par David Etien, les couleurs sont plutôt sombres en règle générale et le dessin est plutôt réaliste, avec une alternance de tons que j'ai trouvée intéressante. Quant au scénario imaginé par J.B. Djian et Olivier Legrand, c'était plutôt chouette, pour un premier tome, ça m'a donné envie de lire la suite. 

14/20

Le dossier Raboukine, tome 2 (56 pages) : Ce second tome est plus complexe que le précédent, avec une histoire mêlant les tsars russes, les réfugié·e·s communistes, et un meurtre de prostituée dont un homme est accusé. Sa compagnie, Katia Ivanovna, va devoir demander de l'aide au trio : Black Tom, Charlie et Billy, faute de trouver Sherlock Holmes. 

Cette intrigue est plutôt politisée, puisqu'on y parle des idées révolutionnaires russes qui séduisent le milieu ouvrier, du sort des immigré·e·s dans l'Angleterre à la fin du 19ème siècle, et il y a même une petite touche féministe avec quelque chose que Katia va dire à Charlie... C'est d'ailleurs dommage que leur relation ne soit pas plus développée, parce que ça me semblait intéressant. 

Grâce au message politique, j'ai plus apprécié ce volume, que j'ai trouvé intéressant et prenant. Bien que les auteurs utilisent parfois des grosses ficelles et que les trois gamins s'en sortent un peu trop facilement, c'est une chouette histoire que je vais me faire un plaisir de continuer à suivre !

15/20

Le rossignol de Stepney, tome 3 (56 pages) : Peut-être que j'ai enchaîné trop rapidement suite à ma lecture du troisième volume, mais j'ai eu un peu de peine à entrer dans cette intrigue, qui était pourtant sympathique. 

C'est l'hiver à Londres, en 1891 et nos trois héro·ïne·s ont pour mission de surveiller un jeune lord, Neville Asprey, épris d'une jeune femme, Grace Corbett, chanteuse de cabaret dont il ne devrait pas être amoureux au vu de la classe sociale de cette dernière... mais, bientôt, cette mission banale va mener Charlie, Billy et Black Tom face à des truands. 

Dans cet ouvrage, nous allons voir l'apparition d'un nouveau protagoniste : Bloody Percy, qui va sans doute donner du fil à retordre aux apprenti·e·s Sherlock... Et d'ailleurs, nous voyons ce personnage pour la première fois dans la série, puisqu'il va assister un peu plus les enfants, tout comme Watson. 

C'était chouette d'en apprendre un peu plus sur la vie de Charlie - et ce qui se passe pour sa mère - et l'histoire était bien rythmée, me donnant envie de poursuivre ma lecture de cette saga.

15/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire