jeudi 20 septembre 2018

La Guérilla des animaux, de Camille Brunel


Auteur·trice·s : Camille Brunel
Éditeur·trice : Alma
Pages : 271
Date de parution : 18 août 2018
Genre·s : Roman, science-fiction, drame

Synopsis : Comment un jeune français baudelairien devient-il fanatique de la cause animale?
C'est le sujet du premier roman de Camille Brunel qui démarre dans le jungle indienne lorsqu'Isaac tire à vue sur des braconniers, assassins d'une tigresse prête à accoucher.
La colère d'Isaac est froide, ses idées argumentées.
Un profil idéal aux yeux d'une association internationale qui le transforme en icône mondiale sponsorisée par Hollywood. Bientôt accompagné de Yumiko, son alter-égo féminin, Isaac court faire justice aux quatre coins du globe.

Mon avis : Bon, c'est le deuxième roman animaliste que je lis (le premier étant La peste soit des mangeurs de viande, un polar de Frédéric Paulin), et c'est plutôt une réussite. Je ne savais plus très bien si je lisais un essai ou une fiction, puisque l'auteur s'est appuyé sur de nombreux faits qui existent à l'heure actuelle. 

Isaac est un militant de la cause animale (qui se revendique plutôt écologiste) qui, accompagné de Yumiko, la femme qu'il aime, est près à tuer des êtres humains pour la cause qu'il défend, et l'histoire commence en Inde, avec le meurtre d'une braconnière. C'est un personnage qui est profondément misanthrope, il voudrait que la race humaine s'éteigne. Ou alors, considérons-le comme un véritable antispéciste, qui n'a aucun regret de tuer des humain·e·s pour sauver des animaux.

C'est un personnage que j'ai trouvé dérangeant, bien qu'il se batte pour une cause juste en laquelle je crois également (je suis végane et je milite - de manière légale, certes - pour l'abolition des abattoirs et de la considération des animaux comme étant des ressources). Parfois, il fait des comparaisons entre l'oppression que vivent les animaux (le spécisme) avec d'autres oppressions ou des événements historiques qui concernent les êtres humains (comme la Shoah, par exemple), ce sont des propos auxquels je n'adhère pas parce qu'ils sont très délicats et que, sans hiérarchiser les souffrances, elles ne sont pas les mêmes. 

Dans des chapitres très courts, Camille Brunel a recensé plusieurs actions commises par Isaac ou d'autres activistes, évoque des associations qui existent (L214, Sea Sheperd, 269Libération animale ou encore l'ALF), et la situation des animaux à l'époque racontée (dans un futur assez proche du notre). Et puis, Isaac va inventer La Guérilla des animaux... 

Un roman qui, sans nulle doute, fera réfléchir les personnes qui consomment encore des produits issus de l'exploitation animale, bien que ce ne soit pas un essai ou un manifeste en tant que tel. Il nous fait nous interroger sur l'avenir de notre planète et de ces habitant·e·s, interrogations qui sont primordiales aujourd'hui, alors que nous approchons de la sixième extinction de masse et qu'il reste à peine plus d'un an pour éviter les pires effets du réchauffement climatique. 

L'écriture de l'auteur est brute et ne fait pas dans la dentelle. Camille Brunel provoque pour mieux faire réagir, et son engagement se ressent dans cet ouvrage. Il m'a été conseillé par une librairie (qui n'est pas engagée dans la cause animale), alors rassurez-vous, vous pourrez tout à fait le lire aussi... mais attendez-vous à ce que ça vous fasse cogiter !

17/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire