mardi 27 mars 2018

Petit traité sur l'immensité du monde, de Sylvain Tesson, lu par Olivier Martinaud


Auteur.trice.s : Sylvain Tesson
Lecteur.trice : Olivier Martinaud
Éditeur.trice : Le Livre qui Parle
Pages / durée : 167 pages / 167 minutes
Date de parution : 1er février 2018
Genre.s : Essai, récit de voyage

Synopsis : Pour ralentir la fuite du temps, Sylvain Tesson parcourt le monde à pied, à cheval, à vélo ou en canot. Dans les steppes d'Asie centrale, au Tibet, dans les forêts françaises ou à Paris, il marche, chevauche, escalade aussi les monuments à mains nues.
Pour mieux embrasser la terre, il passe une nuit au sommet de Notre-Dame de Paris, bivouaque dans un arbre ou sous un pont, construit des cabanes.
Cet amoureux des reliefs poursuit le merveilleux et l'enchantement. Dans nos sociétés de communication, il en appelle à un nouveau nomadisme, à un vagabondage joyeux.
Ce Petit traité sur l'immensité du monde est un précis de désobéissance naturaliste, une philosophie de poche buissonnière, un récit romantique contre l'ordre établi.

Mon avis : Second livre de Tesson que j'ai l'occasion de découvrir, cette fois grâce à la Masse Critique Babelio et aux éditions Le Livre qui Parle, que je remercie. 

Nous allons y suivre les réflexions de l'auteur, notées à travers ces périples, sur le voyage, le vagabondage, la nature, le Monde... C'est presque philosophique et, à mon sens, pas forcément accessible à tous.tes (mais peut-être est-ce dû au fait que je n'étais pas toujours à 100% concentrée sur ma lecture, comme je l'écoutais). Dans tous les cas, Sylvain Tesson a une approche intéressante des choses. Il parle parfois de se retirer dans un endroit isolé, ce qu'il a fait et que nous pouvons retrouver dans le livre Dans les forêts de Sibérie. Au passage, j'ai apprécié cette lecture bien plus... 

Oui, cette fois, j'ai un peu bloqué. Le laps de temps entre les deux livres était peut-être trop court, je ne sais pas. Toujours est-il que certains propos un peu moralisateurs de Sylvain Tesson m'ont un peu agacée. Malgré ce petit bémol, il dit des choses intelligentes et qui font réfléchir... J'ai beaucoup apprécié le passage où il parle des femmes (des pays d'Asie, principalement), c'était des choses qui faisaient écho en moi. 

Concernant le format livre audio, j'ai trouvé très agréable d'écouter Olivier Martinaud. Il a une voix calme, posée, mais suffisamment entraînante pour ne pas nous endormir. C'était chouette, j'avais l'impression d'entendre quelqu'un me raconter ses pensées... C'est tout à fait le genre de livre qui, à mon sens, se prête au format audio. Il aurait sans doute été encore plus sympathique de prendre de quoi l'écouter dans la nature, en marchant. J'ai voulu le faire, et je n'en ai pas eu l'occasion avant d'avoir terminé le livre. Une prochaine fois, peut-être ? 

Je suis contente d'avoir découvert cet essai, d'autant plus au format audio. En revanche, je vais attendre un peu avant de me replonger dans du Sylvain Tesson, car j'ai sans doute fait un "trop plein" pour le moment.

13/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire