samedi 7 juillet 2018

La saison des feux, de Céleste Ng


Auteur·trice·s : Céleste Ng
Traducteur·trice·s : Fabrice Pointeau
Éditeur·trice : Sonatine
Collection : Thriller/Policier
Pages : 378
Date de parution : 5 avril 2018
Genre·s : Thriller

Synopsis : À Shaker Heights, banlieue riche et tranquille de Cleveland, tout est soigneusement planifié pour le bonheur des résidents. Rien ne dépasse, rien ne déborde, à l’image de l’existence parfaitement réglée d’Elena Richardson, femme au foyer exemplaire. Lorsque Mia Warren, une mère célibataire et bohème, vient s’installer dans cette bulle idyllique avec sa fille Pearl, les relations avec la famille Richardson sont d’abord chaleureuses. Mais peu à peu, leur présence commence à mettre en péril l’entente qui règne entre les voisins. Et la tension monte dangereusement à Shaker Heights.

Mon avis : Après les quelques bons avis que j'avais pu voir à droite, à gauche, j'étais très curieuse de découvrir ce livre. Je ne connaissais pas du tout Céleste Ng mais j'ai trouvé que son roman était très bon. 

Tout d'abord, l'intrigue me branchait vraiment. Une petite banlieue riche, Shaker Heights, où rien ne dépasse, rien ne déborde, où les habitant·e·s ont des existences tranquilles et tentent de se montrer sous leur meilleur jour. Et puis l'arrivée de Mia Warren, une mère artiste et bohème qui élève seule sa fille adolescente, Pearl, va tout chambouler... 

Bien qu'ayant des allures de thriller, l'histoire met du temps à se mettre en place... Nous faisons ainsi la rencontre avec les différents protagonistes. J'ai beaucoup apprécié Izzy, révoltée et différente, et Pearl, qui aimerait une vie plus stable. J'ai trouvé le personnage de Mia très sympathique et bienveillante, bien que je n'ai pas toujours compris ces choix de vie. Mais c'est aussi ça, qui faisait la force des protagonistes : aucun·e n'était parfait·e, et ils et elles m'ont touchée. 

L'autrice va aborder des thématiques comme l'avortement, l'art, la culture (d'un pays, j'entends)... et au final tous les éléments distillés vont avoir leur importance, et l'intrigue principale se base sur les relations familiales et les faux-semblants. 

Derrière un roman qui peut rappeler Desperate Housewives, nous avons une véritable critique de notre société et tout ce qui va avec : le paraître, les mensonges... et j'ai particulièrement aimé cet aspect-là du livre. Son véritable bémol est sa lenteur, mais je lui reproche ça surtout parce que je ne suis pas dans la meilleure période pour lire ce type de romans. 

En résumé, c'est un très bon livre qui nous fait nous interroger. Pas vraiment un thriller à mes yeux, mais ça a été une bonne surprise. Je remercie les éditions Sonatine et Léa du groupe Picabo River Book Club, que je vous invite à rejoindre.

15/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire