lundi 18 décembre 2017

Le voleur d'estampes, de Camille Moulin Dupré


Auteur.trice.s : Camille Moulin Dupré
Illustrateur.trice.s : Camille Moulin Dupré
Scénariste.s : Camille Moulin Dupré
Éditeur.trice : Glénat
Collection : Seinen
Genre.s : Manga, seinen

Synopsis : Japon, fin du XIXe siècle. Dans une société en crise, le Voleur mène une double vie. Le jour, il œuvre dans le restaurant portuaire de son père. La nuit, il dévalise la colline aux palais. Ce qui le guide : le frisson de l’aventure, la sensation de liberté, le sentiment que le monde lui appartient.
Jusqu’au jour où il cambriole le gouverneur. Jusqu’au jour où sa fille découvre son visage. Entre l’héritière, promise à un destin qu'elle refuse, et le Voleur, piqué dans son orgueil, se noue alors un étrange chassé-croisé...
Inclassable, poétique et artistique, Le Voleur d’estampes saura vous inviter au voyage dans une histoire dessinée et racontée comme un recueil d'estampes japonaises…

Mon avis :

Tome 1 (200 pages) :  J'ai été attirée par ce manga (écrit et illustré par un français) par sa couverture et, surtout, par son titre. Ayant assisté il y a peu à une conférence sur les estampes japonaises, j'étais curieuse de découvrir ce livre. 

Réalisé à la manière d'estampes, entièrement en noir et blanc, nous sommes au Japon, à la fin du 19ème siècle, et nous allons faire la rencontre d'un voleur qui, le jour travaille dans un restaurant, et le soir dévalise la colline aux palais. Un jour, il va cambrioler le gouverneur, et la fille de celui-ci va découvrir son visage... 

J'ai été assez surprise par l'histoire, j'avoue que je ne m'attendais pas forcément à ça, mais j'ai trouvé le tout assez prenant... Tout se lit très vite, un peu trop vite peut-être, et je suis à la fois contente de savoir qu'il y a une suite, et d'un autre côté, j'aurais préféré un one-shot... 

Ma lecture a été rapidement terminée, et j'ai été éblouie par les sublimes illustrations. Je regrettais un peu que tout soit en noir et blanc, ce qui me faisait moins penser à des estampes... Mais je reconnais le talent de Camille Moulin Dupré, et j'ai su l'apprécier. 

Quant à l'intrigue, elle est sympathique, mais ce n'est pas non plus folichon. J'ai tout de même envie de continuer cette série, ne serait-ce que pour les dessins absolument magnifiques. 

14/20

Tome 2 (221 pages) : Le Voleur est un personnage qui reste mystérieux et attise la curiosité des gens... et il a pour but de dérober la plus grande statue de Bouddha du Japon, tout en continuant à mener son histoire d'amour secrète avec la fille du Gouverneur. 

Je me souvenais peu du premier volume, l'ayant lu il y a un peu plus d'un an, et j'ai eu du mal à me replonger dans l'intrigue... que je n'ai pas toujours comprise. Tout va très vite, il y a assez peu de dialogues, les illustrations (toujours en noir et blanc) se suffisent à elles-mêmes, la plupart du temps.  

J'ai moins accroché que pour le premier tome, étant finalement peu touchée par ce qui arrivait aux différents personnages. C'est sans trop de conviction que j'ai terminé cette série, qui m'a fait passer un bon moment, notamment grâce aux dessins de Camille Moulin-Dupré qui sont absolument superbes, un véritable régal pour les yeux. Malheureusement, je n'ai pas croché à l'histoire plus que cela...

13/20

Aucun commentaire:

Publier un commentaire