mardi 29 décembre 2015

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre


Pierre Lemaitre
Contemporain
Albin Michel
567 pages
21 août 2013

Synopsis : Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts...
Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, "Au revoir là-haut" est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu.
Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

Mon avis : Je ne suis pas quelqu'un qui se rue sur les prix, si bien que je n'avais jusqu'alors lu qu'un seul prix Goncourt (qui date un peu), La vie devant soi de Romain Gary (ou Emile Ajar, d'ailleurs cité dans les remerciements). J'avais beaucoup aimé ce livre, qui est même l'un de mes livres favoris. Et là, je dois dire que j'ai été ébahie par celui-ci également. 

Au début du roman, qui se déroule pendant et juste après la Guerre 14-18, nous suivons un soldat, Albert, dans les tranchées, peu de temps avant l'armistice. Albert va échapper de peu à la mort grâce à un de ces camarades, un soldat nommé Édouard. Ils vont survivre à la Guerre, mais n'en sortiront pas indemnes. En sauvant Albert, Édouard va perdre la moitié de son visage, si bien qu'il va demander à son nouvel ami de faire croire à sa mort auprès de ses proches car il déteste son père, un homme très riche mais froid, et n'a pas envie de retourner auprès de lui. Quant à Albert, il va aussi tout perdre. À la fin de la guerre, ce dernier va s'occuper de celui qui lui a sauvé la vie. 

Les deux rescapés vont retourner dans l'anonymat le plus complet, alors qu'on acclame les morts en héros et qu'on oublie complètement les survivants. Albert et Édouard, désormais appelé Eugène, ont des soucis d'argent et, pour pallier à cela, vont monter une escroquerie immense... 

C'est un livre assez énorme qui peu en impressionner certain·e·s mais je tiens à vous rassurer tout de suite : il n'y en a jamais assez. Je l'ai dévoré en à peine trois jours, captivée par les histoires de ces deux rescapés, du père d’Édouard et également d'Henri (qui, grâce à ces magouilles, est parvenu à gravir des échelons). Au-delà des tranchées et des Poilus, il y a, dans ce roman, des faits réels qui rendent l'histoire encore plus touchante. C'est à la fois macabre et beau, triste et ironique... C'est une véritable réussite, un livre rafraichissant et complètement différent de ce qu'on a pu voir jusqu'à présent sur la Grande Guerre.

6 commentaires:

  1. J'ai adoré ce livre :)
    Belle année ;)

    RépondreSupprimer
  2. Moi non plus je n'ai pas tendance à me ruer sur les prix littéraires, mais l'histoire m'a tentée et je suis restée scotchée à ce livre. Quelques longueurs, plutôt quelques ralentissements au milieu, et l'on repart de plus belle dans les aventures de ces deux anti-héros, on en veut encore. Vraiment un roman à lire, garder, à conseiller, à offrir.

    RépondreSupprimer
  3. il est dans ma wish-list depuis sa sortie, j'ai déjà lu cet auteur et je n'avais pas été déçue.

    Passi0n-Lectur3.sky

    RépondreSupprimer
  4. Il me faut ce livre, j'ai dévoré et adoré la bande dessinée alors il me FAUT le livre !!

    RépondreSupprimer
  5. Un livre que j'ai aussi beaucoup apprécié

    RépondreSupprimer