jeudi 10 juillet 2014

Le cas Perenfeld, de Fabrice Pataut

Auteur : Fabrice Pataut
Genre : Nouvelles
Éditeur : Pierre-Guillaume de Roux
Parution : 13 mars 2014
Pages : 341
Prix : 24 euros 90
ISBN : 978-2363710857

Synopsis :


"Lorsque vous arriverez à Kipling, dit Fairbanks avec douceur, vous éteindrez vos lumières. - Après la route de Cork ? - Vous aurez déjà coupé le moteur. - On risque pas de nous entendre ? - Je veux être seul avec elle dans le noir, vous comprenez, et que la voiture passe sous sa fenêtre sans bruit comme un fantôme quand elle viendra me rejoindre à côté du rideau pour vérifier ce qu'elle aura cru voir... Ce qu'elle veut voir depuis des années". Il y a comme un art de la cérémonie dans ces récits précis, aux mises en scène tirées au cordeau, terriblement ordonnées mais sur lesquelles plane un mystère insondable.
 
Mon avis :


Tout d'abord, je remercie Babelio et les éditions Pierre-Guillaume de Roux pour m'avoir envoyé ce livre ! Je ne m'y serais probablement jamais intéressée autrement, parce que la couverture ne m'attirait pas du tout et que je ne suis pas franchement une grande fan de nouvelles.

Je dois dire que j'ai été agréablement surprise. J'ai mis beaucoup de temps à finir ce livre, certes, mais certaines nouvelles m'ont vraiment plu. D'autres beaucoup moins, et il y en a quelques unes que je n'ai absolument pas comprises (notamment les nouvelles très courtes d'une page, par exemple).

Il y a beaucoup de nouvelles dans ce recueil (une quarantaine), si bien que je n'ai pas envie de me pencher sur chacune, une par une. Je préfère vous donner mon impression générale.

Celle qui m'a bien plu était celle intitulée "Le cas Perenfeld" (comme le titre du livre), et on apprend que Perenfeld est en fait un homme, que le personnage principal de cette nouvelle a croisé tout au long de sa vie. Mais encore une fois, j'ai eu du mal à saisir la fin de cette nouvelle-là, le pourquoi du comment...

L'écriture de Fabrice Pataut est assez particulière, je ne saurais la définir. Les mots employés restent simples, et pourtant je n'ai pas toujours saisi le fond, voire toute la nouvelle (notamment avec "Vidéos").

Pour conclure, c'était une lecture très sympathique, mais si j'avais eu plus de temps pour le lire, j'aurais espacé mes nouvelles avec d'autres lectures.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire