dimanche 27 avril 2014

Animaux solitaires, de Bruce Holbert

Auteur : Bruce HolbertTraducteur : Jean-Paul Gratias
Genre : Policier
Éditeur : Gallmeister
Collection : Noire
Parution : 29 août 2013
Pages : 324
Prix : 23 euros 60
ISBN : 978-2351780671

Synopsis :

Comté de l'Okanogan, État de Washington, 1932. Russel Strawl, ancien officier de police, reprend du service pour participer à la traque d’un tueur laissant dans son sillage des cadavres d'Indiens minutieusement mutilés. Ses recherches l'entraînent au cœur des plus sauvages vallées de l'Ouest, là où les hommes qui n'ont pas de sang sur les mains sont rares et où le progrès n'a pas encore eu raison de la barbarie. De vieilles connaissances croisent sa route, sinistres échos d'une vie qu'il avait laissée derrière lui, tandis que se révèlent petit à petit les noirs mystères qui entourent le passé du policier et de sa famille. À l'instar des romans de Charles Portis ou de Cormac McCarthy, Animaux solitaires mêle avec brio les codes du western et ceux des plus grands romans noirs. Un premier roman remarquable dont on ne pourra oublier le héros mélancolique qui rêve d'imposer la justice aux confins de la civilisation. Quel que soit le prix à payer.

Mon avis :

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les personnages de cette histoire ne sont pas des enfants de cœur ! Même le personnage principal, Russel Strawl, est un homme très violent qui sème la peur autour de lui. Ce shérif est presque plus violent que les criminels qu'il traque, à vrai dire, et il n'hésite pas à les abattre. Dans le comté de l'Okanogan, il est rare qu'un homme n'est pas de sang sur les mains, aussi les meurtriers sont tellement nombreux qu'ils ne s'attirent pas vraiment de problèmes.

Mais cette fois, c'est différent. Un tueur en série (on peut l'appeler ainsi) tue ses victimes de façon vraiment atroce, avec une mise en scène très macabre (dont Bruce Holbert ne nous épargne aucun détail, je me suis parfois sentie très mal à l'aise en lisant ces lignes). Russel Strawl va reprendre du service et partir à la recherche de cet assassin qui commet des crimes vraiment atroces. Les notions de Bien et de Mal

Le côté Nature Writing est vraiment là, avec une région aussi sauvage que ces habitants. C'est un point qu'on retrouve dans tous les livres édités chez Gallmeister, avec, je pense, la qualité de narration de chaque auteur. Cette fois-ci encore, j'ai été charmée par le style de l'auteur. J'ai beaucoup aimé l'écriture de Bruce Holbert, et tous les détails (même glauques) très présents dans ce roman.

Pour conclure, c'est un roman assez noir avec quelques passages un peu glauques, mais aussi une plume très agréable. J'ai eu du mal à accrocher aux premières pages, et, ensuite, j'étais scotchée. Surtout à la fin, quand on découvre enfin qui est l'assassin... mais ça, je vous laisse le découvrir !

7 commentaires:

  1. Voilà qui ne me met pas l'eau à la bouche!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que ce livre pourrait me plaire, merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
  3. Ton avis me plaît bien, c'est le genre de roman que je pourrai aimer :D !

    RépondreSupprimer
  4. Au début il me tenté pas mais en lisant le résumé et ton avis il me tente bien =)
    Sweetness

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement, il y a un degré de violence qui n'est pas très engageant ! Mais si on arrive à passer outre, on découvre un superbe roman. Bruce Holbert a un beau style d'écriture, j'ai vraiment beaucoup aimé son livre.

    RépondreSupprimer